Dérives Botaniques

« Collectionner est une manière d’accumuler, de rassembler, de thésauriser avec passion. Aussi la collection est-elle le lieu d’une tension entre l’un et l’infini: à la fois désir de quantité et culte du singulier. […] Une frénésie, un désir fou, convulsif, de posséder l’objet rare, unique, inaccessible, et finalement dérisoire; un désir infini qui s’évanouit aussitôt assouvi pour renaître à nouveau et sans cesse : telle est cette compulsion qui taraude les collectionneurs. »
André Rouillé, La recherche photographique « Collection, séries »n° 10, juin 1991.

La série Dérives Botaniques est un ensemble de 3 travaux:
-Entomologie, composé de planches photographiques d’insectes en studio.
-Observations, composé de planches photographiques de paysages.
-Prélèvements, composé de planches photographiques de végétaux, de minéraux et autres curiosités.

La photographie intitulée L’arbre, est une pièce centrale de Dérives Botaniques. Elle lie l’ensemble des 3 travaux. Symboliquement, elle est le paysage dans lequel nous pouvons retrouver chaque élement photographié et présenté dans Entomologie, Observations, Prélèvements.

Mon travail photographique sur l’entomologie et la botanique dure depuis plusieurs années.Dérives Botaniques est née de promenades où j’ai commencé par photographier la nature telle quelle s’offre à moi.Cette dernière est devenue mon périmètre de travail. Je me donne le temps de regarder tout autour de moi l’infinité de détails qui compose un paysage De cette démarche est née la série Observations. Parallèlement, j’ai commencé à prélever, à collectionner des végétaux, des insectes, des minéraux que je trouvais sur place, sur le sol. Je les ai classés de manière catégorielle à l’image des cabinets de curiosités où les objets étaient choisis pour leur rareté ou leur singularité. Ils sont devenus mes curiosités et les photographier en studio s’est imposé à moi comme une évidence, une possibilité de les conserver, de les classer. De là sont nés les travaux Entomologie, Prélèvements.

Les sujets de Dérives Botaniques sont représentés à divers stades de leur évolution qui les conduisent de la naissance à la mort. L’asticot se mue en mouche, la feuille en terre, ces états donnent à voir la beauté qui surgit de l’éphémère et du transitoire. Les feuilles sont vertes, les fleurs éclosent, les branches bourgeonnent. Et à sa suite viennent le flétrissage, la pourriture, la chute. Croître. Décroître. Pousser. Pourrir. Tout comme un manège où tout revient au même. La vie passe furtivement par l’inerte et l’animé.Ces images évoquent le temps qui passe, symbole de la fragilité de la vie.